Je m’y vois déjà

Depuis toujours j’aime marcher, même lorsque j’avais 8 ans, je partais avec mes parents avec un sac à dos chacun et nous allions coucher dans un refuge, nous marchions 5 ou 6 heures par jour et franchement le soir, j’étais épuisé mais content.

Je me souviens des grandes ballades

Mes parents étaient très organisés, ils savaient le parcours que nous avions à faire, le temps de marche que nous devions obligatoirement respecter pour arriver à un refuge.

Ils préparaient à l’avance la nourriture pour plusieurs jours sans compter la toile de tente et les duvets au cas où nous ne serions pas arrivés à temps dans un chalet pour dormir.

Mon père disait que la montagne était imprévisible

En montagne, le temps change très vite, les nuages peuvent apparaître d’un instant à l’autre tout comme le brouillard et il fallait redoubler de prudence.

Aucun matin, nous ne sommes partis sans regarder la météo et ils nous est arrivés de rester au refuge pendant 72 heures pour éviter le mauvais temps.

J’aimerai faire la Corse

Aujourd’hui, à 20 ans, je vole de mes propres ailes mais j’ai toujours envie et surtout besoin de marcher, de me surpasser.
Je tiens ça de mes parents!

Je m'y vois déja

J’aimerai beaucoup traverser la Corse, découvrir les aiguilles de Bavella dont tout le monde parle, il paraît que c’est magnifique.

Cette fois je ne partirai pas seul, j’emmènerai ma copine, j’ai de la chance car c’est une passionnée de marche elle aussi et les découvertes ne lui font pas peur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *